Rencontre avec Poline, maman délicate

L’année 2017 s’annonce pleine de promesses et c’est avec une grande joie que nous accueillons dans nos colonnes Poline, une jeune maman attentionnée mère d’un petit garçon depuis le 4 novembre dernier. Cette jeune assistante administrative de 29 ans accepte de revenir avec nous sur son nouveau rôle de maman qu’elle prend à bras le corps avec un sérieux qui n’a d’égal que sa douceur. Rencontre avec une maman délicate.

Comment avez-vous réagi à l’annonce de votre grossesse ? Etait-ce une surprise ?

J’étais très heureuse mais également très surprise car même si on souhaitait avoir un bébé je ne m’attendais pas à tomber enceinte si vite. Surtout que je ne m’en suis pas rendue compte tout de suite mais seulement au bout d’un mois et demi de grossesse.

Quel est le meilleur souvenir de votre grossesse ?

Sans hésitation cet été quand, pour la première fois, je me suis baignée dans la mer et que mon bébé s’est mis à remonter dans mon ventre comme si il ne voulait pas y aller car c’était trop froid (rires)

Avez-vous souhaité connaître le sexe du bébé avant la naissance ?

Ah non ! On a voulu garder la surprise jusqu’au bout. Mais je dois avouer que j’avais un pressentiment car il était très actif dans mon ventre. A la forme de mon ventre également je me doutais bien que j’attendais un petit garçon.

Etes-vous plutôt une maman relax ou une maman angoissée ?

Je dois avouer que je suis une maman très angoissée (sourire)

Qu’est ce qui vous fait le plus rire chez votre bébé ?

Ses cheveux ! Il est né avec une tonne de cheveux et surtout une crête qui malgré les bains, les bonnets et le peigne reste en l’air en permanence.

Et le papa dans tout ça, comment se débrouille-t-il avec ce nouveau rôle ?

Il est complètement gaga. Il est souvent absent pour son travail donc quand il est là il profite à fond (sourire)

En cette période de fêtes peut-on dire que ça a été un Noël raisonnable ou plutôt une montagne de cadeaux ?

Pour nous raisonnable mais pour la famille une montagne de cadeaux on n’a pas pu les retenir on est littéralement envahi (rires)