Rencontre avec Diane et Benjamin : jeunes parents heureux !

Une fois n’est pas coutume, nous accueillons cette semaine sur nos pages un jeune couple qui nous fait le plaisir de répondre en duo à nos quelques questions ! Diane et Benjamin se livrent avec leur bonne humeur habituelle sur leur nouveau bonheur à trois depuis l’arrivée le 31 août de Samuel, leur petit rayon de soleil de la fin d’été. A la ville chef de projet digital et professeur du second degré, ils laissent de côté leur vie active pour se confier sur leur plus beau rôle : celui de parents. Confidence avec de jeunes parents heureux !

Remontons aux origines si vous le voulez bien ! Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Diane : Nous nous sommes croisés à deux reprises en 2008, via des amis communs mais nous étions chacun en couple. Puis en 2010, célibataires tous les deux, ces mêmes amis communs ont décidé qu’il était temps qu’on se revoit pour voir si ça prendrait. Je n’ai jamais autant ri qu’au cours de cette soirée ! Deux semaines plus tard nous sortions ensemble (sourire complice).

L’envie de fonder une famille vous taraudait depuis un moment ou l’arrivée de Samuel a-t-elle été une surprise ?

Diane : C’était même plus que prévu ! Cela faisait près d’un an et demi que nous essayions d’avoir un bébé. J’étais sous traitement hormonal mais cela ne semblait pas fonctionner. Nous venions de consulter une spécialiste de la stérilité qui nous annonçait encore un long protocole, des tas d’examens... Bref nous avions vraiment le moral dans les chaussettes !

Trois semaines plus tard, j’avais du retard dans mon cycle et j’ai fait un test de grossesse qui s’est révélé positif !

Benjamin comment as-tu appris la nouvelle ?

Nous savions que Diane avait quelques jours de retard sur son cycle et Diane est donc allée acheter un test de grossesse. Le lendemain matin, elle s’est levée pour aller aux toilettes en croyant que je dormais encore, et je suis resté là, le cœur battant. Lorsqu’elle est revenue, j’ai tout de suite deviné à sa tête que la nouvelle était bonne !

Et toi Diane, comment as-tu réagi à l’annonce de ta grossesse : saut de joie ou bouffée d’angoisse ?

Juste avant de lire le test, je n’arrêtais pas de me répéter “Il est négatif, il est négatif”, car j’avais déjà connu la déception de découvrir un test négatif. Quand j’ai baissé les yeux sur le test et qu’il s’est révélé positif, j’ai ressenti une grande euphorie. Puis je me suis dépêchée de rejoindre Benjamin pour lui annoncer la bonne nouvelle.

Comment s’est passé la grossesse pour tous les deux ?

Diane : Entre les nausées, la fatigue, le diabète gestationnel et une grosse crise d’asthme, ça n’a pas été de tout repos. Et ayant accouché fin août, mes deux derniers mois de grossesse, je les ai vécus dans une fournaise !

Mais ces moments moins agréables ont été accompagnés d’instants vraiment forts : les premières échographies, entendre son coeur, le sentir bouger dans mon ventre, puis sous nos doigts.

Benjamin : Pour un futur papa, la grossesse est toujours plus compliquée je pense… C’était très fort émotionnellement, mais comme je ne pouvais me fier qu’aux ressentis de Diane, je devais essayer de l’accompagner au mieux sans avoir toutes les informations… Du coup, j’ai dû stresser (et la stresser) beaucoup plus que nécessaire, je pense ! Alors évidemment, à chaque échographie, je devenais un peu hystérique : je montrais les images à tout le monde en disant “Regardez ! Il a des doigts !! Mon fils a des doigts !” (rires)

Qu’est ce qui a changé dans votre quotidien depuis que vous êtes parents ?

Ensemble : La fatigue ! Même si nous sommes très chanceux d’avoir un bébé qui a fait ses nuits très vite, fini les grasses mat’ où on traîne au lit pendant des heures. Alors pour pouvoir profiter quand même un peu, on se lève à tour de rôle le week-end. Cela nous permet de récupérer des nuits un peu courtes la semaine. On s’arrange aussi différemment pour les sorties, on s’organise beaucoup plus en amont. Mais cela ne nous empêche pas de sortir !

Benjamin, quel trait de caractère insoupçonné vois-tu chez Diane depuis qu’elle est maman ?

A vrai dire, elle est très proche de ce que j’imaginais : à la fois très attentionnée et suffisamment indépendante pour ne pas oublier ce qui la passionnait avant de devenir mère.

Si je devais choisir quelque chose, je dirais son stoïcisme. Face aux angoisses à propos de la santé de Samuel, elle est restée sûre que tout irait bien quand j’avais tendance à m’inquiéter pour tout et n’importe quoi.

Diane, quel type de papa est Benjamin ?

Un père modèle et moderne ! C’est un papa super impliqué aussi bien dans le quotidien pas toujours rigolo (les couches, les biberons, les pleurs…) que dans les bons moments (les premiers gazouillis, les sourires, les câlins…). Je ne me sens pas le parent référent qui sait tout et vers lequel l’autre parent (souvent le papa) se tourne à chaque fois qu’un souci apparaît. Il s’occupe autant que moi de Samuel, voire plus depuis que j’ai repris le travail.

Arrivez-vous à conserver des petits moments à deux ?

Oui tout à fait mais là aussi il faut un peu d’organisation. En terme de sorties en amoureux, nous pouvons compter sur les grands-parents de Samuel qui le gardent volontiers pendant qu’on se fait une toile. En semaine, Samuel est couché au plus tard à 21h, donc nous avons généralement 1 à 2h ensemble chaque soir. Nous sommes tombés sur le bon numéro :-)

Qu’est ce qui vous attendrit le plus chez Samuel ?

Benjamin : quand il me sourit le matin lorsque je viens le chercher dans son berceau.

Diane : son rire ! C’est un de mes sons préférés.

Plus généralement, chaque nouvel acquis, nouvelle prouesse m’émerveille et m’attendris : quand il s’est mis à attraper des objets et à les mettre à la bouche, depuis qu’il se tient assis (ou presque), qu’il tient sa tête, qu’il agrippe mes doigts… J’ai hâte de voir ce qu’il va apprendre de nouveau cette semaine !